Accueil » Auditorium -cinema, performances, Live-, En vedette, Extrait vidĂ©o, Fiche de films, Les cloches d'Atlantis, MusĂ©e du son

L’ARAIGNELEPHANT de Jacques Rouxel et Piotr Kamler (1967)

5 décembre 2012 No Comment

Le texte et l'extrait vidéo ci-après documentent l'ouvrage de Philippe Langlois, Les cloches d'Atlantis, Musique électroacoustique et cinéma, Archéologie et histoire d'un art sonore, éditions mf, Paris, 2012.

L'araignéléphant, c'est en quelque sorte l'humanité : un être étrange que Jacques Rouxel et Piotr Kamler suivent pas à pas, qui se déplace dans un décor abstrait de lignes, de points et de plans colorés. Ce qui le définit : l'indécision, car cet animal étrange, mi araignée, mi éléphant réfléchit … : "faut-il être, faut-il ne pas être … tout en étant… mais pas trop… ou réciproquement … et cela tout en marchant, marchant … et toujours du même coté …" Persuadé d'être sur le bon chemin jusqu'à ce qu'il se heurte à une boite, la boite à retourner le temps …" alors ne sachant plus que faire, il se multiplia beaucoup … beaucoup … et toujours du même coté …" Ce film d'animation existe aussi dans une version "musicale", où le commentaire des étranges et abstraites aventures de l'Araignéléphant est laissé à l'imagination des spectateurs.

En 1965, Jacques Rouvel collabore une première fois avec Piotr Kamler pour le film Planète verte. Il persiste dans la voie de la « fable morale », comme il aime à définir les Shadoks, en travaillant de nouveau avec Kamler pour L'Araignéléphant (1967) dont Rouxel écrivit le commentaire dit par le comédien Pierre Bertin.

D'emblée, le texte se place sur une orbite qui n'est pas très éloignée de la planète Shadock puisque le film débute par ces mots : « La chose se passait autrefois, même pas autrefois mais avant autrefois, en fait c'était au temps où l'on ne savait pas très bien ce qu'était le temps. »

La musique est confiée à Bernard Parmegiani et la bande son sonne déjà comme un avant goût de ce que sera l'environnement sonore des Shadoks : un commentaire soigné et drôle, accompagné d'une sorte de musique d'ameublement très légère, elle-même agrémentée par des bruitages concrets incongrus. À ce titre L'araignéléphant ainsi que SOS Les Zlops attaquent semblent directement constituer les proches ancêtres des célèbres Shadocks.

Cette notice d'information a été coproduite avec l'INA/GRM pour la création de la fresque multimédia – Artsonores – L'aventure électroacoustique, dans la catégorie Films issus du Service de la Recherche de l'ORTF de 1950 à 1975.

Comments are closed.