Accueil » 2eme Ă©tage -sculptures et objets sonores-, Auditorium -cinema, performances, Live-, En vedette, MusĂ©e du son, Musique contemporaine

PENDULUM MUSIC, Steve Reich (1968)

8 mai 2014 No Comment

 

Pendulum Music est une pièce conçue pour 2, 3, 4 ou X microphones, amplificateurs, enceintes et exécutants.

Au milieu des années 60, a New York, les travaux d'artistes conceptuels tels que Sol Lewitt, Richard Serra,  Bruce Nauman et Michael Snow sont plus ou moins associés au courant du minimal art. Steve Reich représente, en quelque sorte, la figure musicale au sein de ce mouvement. Il expérimente alors à partir de l'agencement de dispositifs sonores électroacoustiques. A mi chemin entre l'installation sonore et la pièce musicale, Pendulum Music se situe donc dans la poursuite des travaux de Reich sur le déphasage de boucles de bande magnétique sur magnétophones comme, par exemple, dans Come Out (1966) ou It's Gonna Rain (1967)

Pendulum Music fut présentée pour la première fois en 1969, lors d'une session d'été à l'Université du Colorado, intégré à un spectacle multimédia intitulé Over evident Falls en collaboration avec l'artiste peintre Bill Wiley. L'événement est relaté par Steve Reich comme "un Happening pensé à la va vite" dans une mise en scène où les spectateurs, assistent à l'événement au milieu d'une pluie de faux flocons de neige éclairée par des tubes de néon de lumière noire.
Une photo de la performance du 2 mai 1969 au Whitney Museum of American Art de New York, montre les artistes Richard Serra, James Tenney, Bruce Nauman et Michael Snow prêt à donner la première impulsion au  balancement des microphones.

Le principe sonore de la pièce est simple et repose sur le mouvement de balancement imprimé à des microphones suspendus au dessus d'enceintes provoquant un effet périodique de larsen.

Dans un lent processus de ralentissement, l'amplitude du balancement diminue, des effets de déphasage se produisent entre les différents microphones. La forme de la pièce se fond alors dans le lent processus qui est fonction de la durée des balancements des microphones jusqu'à la stabilisation au dessus des enceintes créant alors des effets de larsens continus. A la périodicité et au rythme du début de la pièce se substitue peu à peu des fréquences modulantes déplaçant l'écoute non plus sur le rythme mais sur le paramètre de la hauteur.

L'écoute se porte également sur le phénomène acoustique et les variations de plus en plus infimes de la structure du larsen lorsque les microphones oscillent lentement, proches de l'immobilisation. Pendulum Music s'inscrit aussi pleinement dans l'idée d'une œuvre poly-sensorielle se donnant autant à voir qu'à entendre, permettant à l'œil de percevoir les micro modulations de la matière sonore par le biais du mouvement de balancement des microphones.

La « partition » de l'œuvre, qui est en réalité un simple texte manuscrit de Reich, a été écrite en août 1968, et révisée en mai 1973 par le compositeur. Elle indique que les exécutants après avoir impulsé le premier mouvement au balancement des microphones doivent rejoindre l'assistance pour assister à son déroulement.

Voici deux versions de la pièce.

Reconstitution de la mythique pièce de Steve Reich à l'école des beaux Arts du Mans, le 21 novembre 2014 dans le cadre de mon cours : Histoire et théorie du sonore..
Interprètes : Pierre-Marie Blind, Léo Urriolabeitia, Koré Préaud, Tanguy Clerc, Arthur Chambry, Rémy Hertrich.

Comments are closed.